CREATION

Affiche c'est la faute à Le Corbusier pour comC’EST LA FAUTE A LE CORBUSIER
Comédie Urbaine de Louise DOUTRELIGNE
Mise en scène Jean-Luc PALIES

La réhabilitation du quartier est prévue. Les architectes pressentis par la Ville doivent venir dans le local social au pied d’une tour rencontrer la population. Ce jour-là, le groupe de musique répète, le buffet est prêt, les habitants ont leur cahier de doléances : des portraits vidéo… Alors, on séquestre gentiment les deux architectes concurrents : séquences de films, flashes-back, discussions, pauses musicales avec « vino y tapas » partagés en public, rejets et excuses de Le Corbusier, défense et accusation des Grands Ensembles… Destruction ? Requalification ? Concertation ? Rêves ?… Même si la vidéo tombe en panne, si les musiciens s’improvisent acteurs, si le gardien brésilien s’échauffe et si les architectes se justifient…  C’est au final une jeune étrangère, architecte en herbe et chanteuse de blues, qui apportera son petit grain de sel comme un piment venu des pays émergents.

Avec sur scène Catherine  Chevallier / Claudine  Fiévet / Valérie   Da Mota / Ruth  M’Balanda / Jean-Pierre  Hutinet / Jean-Luc   Paliès
Les musiciens : Carel  Cléril / Emilien  Gillan /Jean-Baptiste  Paliès

Et à l’image Véronique  Daniel / Myriam  Derbal / Anahita  Gohari /
Mandine  Guillaume / Christina  Rosmini / Hélène  Vauquois / F
rédéric  Andrau / Marc  Brunet Enrico  Di Giovanni / Thierry  Heckendorn / Richard  Martin / Philippe  Risler

FONTENAY-SOUS-BOIS – SALLE JACQUES BREL
17 au 20 janvier
SAINT-MAUR – THEATRE DE SAINT-MAUR
1er au 10 février
VITRY-SUR-SEINE – GARE AU THEATRE
25 et 26 janvier
FIRMINY – MAISON DE LA CULTURE LE CORBUSIER
14 et 15 février
ROSNY-SOUS-BOIS – ESPACE GEORGES SIMENON
2 avril
CARTOUCHERIE – THEATRE DE L’EPEE DE BOIS
9 au 28 avril

Coproduction : Fontenay-en-Scènes Théâtre de Saint-Maur

Production Influenscènes
Avec l’aide de
la DRAC Île-de-France

la Région Île-de-France
le Conseil Général du Val-de-Marne
la Ville de Fontenay-sous-Bois l
’ADAMI et la SPEDIDAM

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les Enfants du Béton

Affiche 2 Les Enfants du BétonDans le cadre de la création de notre spectacle « C’est la faute à Le Corbusier », comédie urbaine de Louise Doutreligne / Mise en scène Jean-Luc Paliès,
le film « Les Enfants du Béton » sera projeté dans chacune des villes val-de-marnaises dans lesquelles nous jouerons.

– Le Lundi 21 janvier à 20h30 au Cinéma Le Kosmos de Fontenay-sous-Bois
243 ter, av. de la Republique 94120 Fontenay-sous-Bois / tél. 01 48 76 80 97
– Le Samedi 26 janvier à 17h30 au Cinéma Les 3 Robespierre de Vitry-sur-Seine
19, avenue Maximilien Robespierre
 94400 Vitry-sur-Seine / tél. 01 46 82 51 12
– Le Jeudi 7 février à 20h30 au Cinéma Le Lido de Saint-Maur
70 Avenue République, 94100 Saint-Maur-des-Fossés / tél. 01 48 83 06 18
Au plaisir de vous y retrouver.
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Exemples d’utopies réalisées…

brasiliaBRASILIA
Brasilia (Brasília en portugais) est la capitale de la République fédérative du Brésil et le siège du gouvernement du District fédéral. Selon un recensement effectué par l’IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística), sa population en 2010 est de 2 562 963 habitants, faisant d’elle la quatrième ville la plus peuplée du Brésil. Brasilia entretient le classement de deuxième concernant le PIB par habitant (40 696,00 dollars/hab), étant seulement dépassé par Vitoria (60 592,00 dollars/hab ).
Juscelino Kubitschek avait assuré aux Brésiliens « 50 ans de progrès en 5 ans ». Sous les directives de l’architecte Oscar Niemeyer, les ouvriers travaillaient 24 h / 24 dans des conditions déplorables, grâce à quoi la construction n’a duré que 3 ans et demi. Elle est aujourd’hui peuplée par deux millions d’habitants, alors qu’elle n’était conçue que pour 600 000 citoyens.
Brasilia est l’une des capitales du monde dont la construction est la plus récente (la capitale du Kazakhstan Astana qui a été construite en 1997 pouvant elle-aussi prétendre au titre de capitale la plus récente)2. Ses premières infrastructures et bâtiments furent construits en seulement 1 000 jours avant son inauguration le 21 avril 1960, sous l’impulsion du Président Juscelino Kubitschek. Le but du projet était d’attirer vers l’intérieur des terres la population et l’activité économique, alors essentiellement concentrée dans les grandes villes côtières, afin de mieux répartir les richesses. Brasilia fut aussi bâtie pour apaiser l’affrontement existant entre les deux autres « capitales » du pays, Rio de Janeiro et São Paulo.

Véritable capitale politique et administrative, elle compte maintenant un peu plus de deux millions d’habitants.
Véritable chef d’oeuvre d’architecture moderne, Brasilia a été déclarée Patrimoine mondial de l’humanité en 1987 par l’UNESCO. L’urbaniste Lúcio Costa a imaginé le Plan pilote qui donne à la ville une forme d’avion, inscrit dans un lac artificiel : le lac Paranoá. Les quartiers résidentiels sont fonctionnels et s’auto-suffisent : centres commerciaux, écoles et parcs sont à proximité.
Les bâtiments principaux ont été conçus par l’architecte Oscar Niemeyer : la cathédrale (4 000 places), le Congrès national (Chambre des députés et Sénat), le Ministère des Affaires étrangères, le Tribunal suprême et le Palais de la présidence.
Les pouvoirs judiciaire, exécutif et législatif sont regroupés autour de la majestueuse Place des Trois Pouvoirs.
La ville s’organise autour de deux axes perpendiculaires : l’Eixo monumental et l’Eixo Rodoviário (ou simplement Eixāo).
L’Eixo monumental, orienté est-ouest, coupe la ville en deux parties symétriques. Il est considéré par les Brésiliens comme la plus large avenue du monde, avec 250 m séparant ses deux fois six voies au point le plus large. Vu du ciel, il représente la flèche, le fuselage de l’avion. À sa pointe est se situe la place des trois pouvoirs ainsi que l’esplanade des ministères.

L’Eixāo, courbe, traverse la ville du nord au sud. Vue du ciel, elle représente les ailes de l’avion. L’aile sud et l’aile nord, organisées en superquadras le long de l’axe, regroupent environ 300 000 habitants. Il est constitué d’une piste principale de deux fois trois voies, accessibles à partir des axes secondaires (eixinhos en portugais, littéralement petits axes). Les axes secondaires se trouvent de part et d’autre de l’Eixao, chacun étant constitué de deux fois deux voies. L’Eixāo permet de traverser l’Eixo monumental sous un tunnel. L’Eixão est exclusivement réservé à la circulation des véhicules, des passages souterrains sont aménagés pour la traversée des piétons. Deux autres axes traversent de nord à sud le Plano Piloto, respectivement à l’ouest et à l’est de l’Eixão : W3 et L2. Ces axes sont bordés de commerces et de résidences.
Au croisement des deux axes se trouve la rodoviária, qui accueille la station Central du métro et qui est aussi celle du réseau autobus.

cité radieuseLA CITE RADIEUSE
L’unité d’habitation de Marseille, connue sous le nom de Cité radieuse mais que les Marseillais nomment familièrement « La Maison du fada »1, est une résidence édifiée entre 1945 et 1952 par Le Corbusier. Bâtie sous forme de barre sur pilotis (en forme de piètements évasés à l’aspect brutaliste) elle tente de concrétiser une nouvelle forme de cité, un « village vertical » appelé « Unité d’habitation ».
La résidence compte 337 appartements en duplex séparés par des « rues intérieures ».
Pour la réalisation de cet immeuble de grande hauteur (IGH), Le Corbusier crée l’Atelier des Bâtisseurs (At Bat), qui regroupe des architectes et des ingénieurs, dirigé par l’ingénieur d’origine russe Vladimir Bodiansky. Les architectes André Wogenscky, Georges Candilis et Jacques Masson collaborent au chantier au sein de cette structure.

L’ensemble est situé au n° 280 du boulevard Michelet de Marseille, cette barre est l’une des cinq unités d’habitation construites par Le Corbusier au cours de sa carrière. À la différence des quatre autres, essentiellement composée de logements, elle comprend également au niveau de sa rue centrale des bureaux et divers services commerciaux (pâtisserie, hôtel, restaurant gastronomique, librairie spécialisée, etc.). Le toit terrasse de l’unité, libre d’accès au public, est occupé par des équipements publics : la cour de récréation de l’école maternelle, un gymnase, une piste d’athlétisme, une petite piscine pour enfants et un auditorium en plein air.

L’innovation que représentait cette construction a notamment eu pour conséquence de la voir affublée du surnom la maison du fada par certains habitants de Marseille car ils trouvaient que ce bâtiment n’était pas normal. Aujourd’hui classée Monument historique par arrêté du 12 octobre 19952, la cité radieuse, immeuble expérimental dès son origine, est de plus en plus visitée par des touristes et ses logements exercent un nouvel attrait auprès d’une population de cadres et de professions intellectuelles.
Un grave incendie a eu lieu à la cité radieuse le 9 février 2012

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Les Grands Ensembles

Bien qu’ils échappent à une définition unique, les grands ensembles sont ty­piquement des ensembles de logement collectif, souvent en nombre impor­tant (plusieurs centaines à plusieurs milliers de logements), construits entre le milieu des années 1950 et le milieu des années 1970, marqués par un urba­nisme de barres et de tours inspiré des préceptes de l’architecture moderne.
Ces grands ensembles, dont plusieurs centaines ont été construits en France, ont permis un large accès au confort moderne (eau courante chaude et froide, chauffage central, équipements sanitaires, ascenseur…) pour les ouvriers des banlieues ouvrières, les habitants des habitats insalubres, les rapatriés d’Algérie et la main-d’oeuvre des grandes industries.
Ils se retrouvent fréquemment en crise sociale profonde à partir des années 1980, et sont, en France, l’une des raisons de la mise en place de ce qu’on appelle la politique de la Ville.

  Lire la suite

Publié dans Uncategorized | 5 commentaires

HÉRITAGES – Le Corbusier, un monument habité

Article de Pierre Assouline paru dans Le Monde – édition du 01.09.12

Le Corbusier, adulé autant que conspué –

Il a relativement peu construit mais beaucoup publié. Cinquante ans après sa mort, son influence reste considérable, jusque dans les pays où il n’a rien  éalisé. Ce géant de l’architecture continue de fasciner et de susciter la polémique.

Des résidents de la Cité radieuse à Marseille aux pèlerins à la chapelle de Ronchamp, ils sont nombreux à se sentir les héritiers de l’architecte, mort en 1965. Son legs grandiose se vit autant qu’il s’étudie.

Le problème, c’est la clé. Celle d’un héritage n’est pas une question d’argent. Pas que cela. Ah, l’argent ! L’argent ! L’argent ! On en aura entendu parler avec toutes ces histoires d’héritage. Mais cette fois, la clé ne repose pas nécessairement dans un testament. Sauf à penser que le véritable testament d’un grand créateur est là où vivent aujourd’hui ceux à qui il destinait ses créations car c’est là qu’il rayonne encore, partout où se déploie son œuvre.
Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Un logement moderne pour tous

Proclamé au début du siècle par Le Corbusier, le caractère radieux de la ville moderne s’accompagne d’une idéalisation du futur et d’un rêve de pacification de la ville et de la société.

Après deux guerres mondiales, fin 1944, pour la première fois en France, une politique concertée du logement est mise en oeuvre. La voie est ouverte aux innovations destinées à améliorer l’habitat.
La Charte d’Athènes (rédigée par Le Corbusier) propose une extension rationnelle des quartiers modernes. Elle diffuse de façon indéniable la notion de Zoning, ou la spécialisation de l’espace par fonctions (logement, travail, transports, loisirs)… Elle propose la construction d’ immeubles en hauteur à distance les uns des autres. Lumière, air et confort à tous les étages ! Fonctionnalisme et hygiénisme appliqués à l’architecture !
Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Un urbanisme pour vivre ensemble ?

Au cours de cette cérémonie à la SACD j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Jean-Luc Palies. Entretien débridé autour de Le Corbusier, de l’urbanisme et des rapports à la Cité entretenus par les habitants…
Cette illustration autour d’un vivre ensemble tente de donner une image de ce dialogue.


Michel Tabanou 2011 

 

 

 

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Bande annonce

Voici la bande annonce des RETOURS DE MODULORS

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Louise en Corbu

Louise Doutreligne s’est rendue sur les lieux de Patrimoine Le Corbusier…
Comme convenu, voici quelques images de ce parcours…

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Voyage d’études et de rencontres…

Le Cabanon - Cap Martin Rocquebrune

Louise Doutreligne se rend sur les lieux de Patrimoine Le Corbusier…
D’ici une semaine, nous pourrons suivre en images ce parcours, du Couvent de la Tourette à Romchamp, en passant par la Cité Radieuse de Marseille, Firminy et le Cap Martin Roquebrune Le Cabanon.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire